Logo Payot et Rivages

Nouveautés

       

 

Recherche dans nos catalogues:   Retour Par Auteur, Titre, Préfacier, Traducteur, ...

Racines amères
Photo de couverture : © Getty Images
 
Bookmark and Share

 
 
 Racines amères |  Claude Amoz


 

Genre : Policier | Sous Genre : France, Société anonyme
Collection : Rivages/Noir | Numéro : 629
 
Poche  | 160 pages.  | Paru en : Janvier 2007  | Prix : 6.60 €

GENCOD : 9782743616168  | I.S.B.N. : 2-7436-1616-4
Editions : Rivages

 

Ce sont des gens simples qui peuplent ce recueil de nouvelles : le gros Jackie, cherchant à éloigner les fantômes de la guerre d’Algérie par la violence et l’alcool ; Jean-Marie Grattard « qui se cramponne à ses méthodes vieillottes » et finit par perdre son emploi ; Lisa et Lina, sœurs si semblables, si proches, qui étouffent l’une avec l’autre, ou encore Félicie, qui se souvient des rêves brisés de sa mère : avoir un fils plutôt qu’une fille, une postérité, un nom qui ne va pas se perdre. Pourtant, rien n’est jamais tout à fait perdu et il faut bien s’accommoder de ce qui reste : les souvenirs qui demeurent tapis dans l’ombre de la mémoire, comme si les racines de chacun, par un insidieux détour, remontaient à la surface pour étouffer tout ce qui pourrait s’épanouir sous la lumière.

A travers ces onze récits envoûtants, Claude Amoz dévoile avec minutie et sobriété l’âme tourmentée de ses personnages, hommes et femmes qui tournent le dos à la fenêtre, se bouchent les oreilles, s’enferment dans leurs habitudes et tentent d’entretenir l’illusion sur eux-mêmes. Pourtant, tous finissent un jour au pied du mur, face au vide implacable de leur solitude.
Si Claude Amoz s’intéresse en priorité aux blessures de la vie, son univers n’est pas pour autant désespéré. Plutôt que de s’arrêter à la noirceur des destins, elle pose un regard plein d’empathie sur les êtres humains, elle amène le lecteur à se passionner pour eux, et de gens ordinaires, elle fait des héros.

« Claude Amoz creuse, livre après livre, chaque fois plus profond dans les abysses des mémoires douloureuses, des enfances meurtries, des identités déglinguées. »
Martine Laval et Michel Abescat, Télérama


« Son écriture sobre, sa manière de décrire un geste incongru, un croisement des regards s’agrippent à un réalisme aussi poétique qu’impitoyable, faisant de Claude Amoz un auteur essentiel du polar français. »
Dinah Brand, Lire

 


   
 
Claude Amoz

Claude Amoz a choisi de publier sous pseudonyme. Donc, dans l'idéal, sa "bio" devait se résumer à sa bibliographie. Elle aime bien cette phrase de Flaubert : "L'écrivain ne doit laisser derrière lui que ses oeuvres. Arrière la guenille !" Elle a choisi le prénom épicène de Claude, pour éviter que ses romans ne soient d'emblée catalogués comme féminins, avec tous les a priori réducteurs qui accompagnent une telle étiquette.

Professeur de lettres classiques, traductrice de latin et de grec, elle a retiré de sa fréquentation de ces langues dites "mortes", un grand intérêt pour le passé, pour l'histoire, pour les voix qui se sont tues mais continuent à hanter le présent.

   
   
  Nouveautés : Rivages/Noir