Logo Payot et Rivages

Nouveautés

       

 

Recherche dans nos catalogues:   Retour Par Auteur, Titre, Préfacier, Traducteur, ...

L-Epouvantail-

Voir la quatriéme de couverture: L-Epouvantail-


 
Bookmark and Share
 
Autres titres de Ronald Hugh Morrieson :
 

 
 
 L'Epouvantail  |  Ronald Hugh Morrieson

Traduit de l'anglais (nouvelle-zé par Jean-Paul Gratias

 

Genre : Policier | Sous Genre : La perle noire
Collection : Rivages/Noir | Numéro : 616
 
Poche  | 288 pages.  | Paru en : Septembre 2006  | Prix : 8.65 €

GENCOD : 9782743615758  | I.S.B.N. : 2-7436-1575-3
Editions : Rivages

 

« C’est au cours de la même semaine que nos poules furent volées et que Daphné Moran eut la gorge tranchée. » ainsi commence le chapitre le plus sombre de l’histoire de Klynham. Dans la Nouvelle-Zélande des années trente, cette petite ville paraît couler des jours paisibles. Jusqu’à l’arrivée de l’épouvantail, un géant, un magicien, qui se lie bientôt avec le croque-mort alcoolique et libidineux. Pour le narrateur, Neddy, quatorze ans, cet étranger est fascinant, presque autant que les jambes de sa voisine lorsqu’elle passe devant chez lui à bicyclette. La présence de ce mystérieux personnage va s’accompagner d’une série d’événements dramatiques - morts suspectes, disparitions, incendies - qui vont bouleverser la vie de Klynham.

Chronique pleine de finesse, mais aussi roman noir, L’épouvantail possède le charme vénéneux de La nuit du chasseur. Ce livre envoûtant est l’œuvre d’un Néo-zélandais qui écrivit peu et resta méconnu dans son propre pays. C’est l’Australie qui le tira de l’obscurité, ainsi que le cinéma, puisque L’épouvantail fit l’objet d’un film avec John Carradine.

   
 
Ronald Hugh Morrieson

Morrieson est né en 1922 dans la petite ville de Hawera où il a passé l’essentiel de sa vie. Fils unique, il perd son père alors qu’il n’a que six ans et sera dès lors choyé par sa mère chez qui il habitera jusqu’à ce qu’elle décède à son tour. Musicien, il gagne sa vie en donnant des leçons et en jouant dans des bals. Ses contemporains le décrivent comme un charmeur et un conteur irrésistible. L’énigme que pose le destin littéraire de Morrieson, selon Maurice Shadbolt, c’est qu’un ermite qui ne quitta presque jamais sa ville natale se soit mis à écrire avec ce talent, et « qu’une vision d’une telle dimension comique, aussi exubérante et excentrique soit sortie de cette maison biscornue pleine de recoins obscurs à l’angle de Regent Street. ».

   
   
  Nouveautés : Rivages/Noir