Logo Payot et Rivages

Nouveautés

       

 

Recherche dans nos catalogues:   Retour Par Auteur, Titre, Préfacier, Traducteur, ...

1983
Existe en Poche


 
Bookmark and Share

 
 
 1983 |  David Peace

Traduit de l'anglais par Daniel Lemoine

 

Genre : Policier
Collection : Rivages/Thriller
 
Grand format  | 496 pages.  | Paru en : Mars 2005  | Prix : 22.50 €

GENCOD : 9782743613792  | I.S.B.N. : 2-7436-1379-3
Editions : Rivages

 

En mai 1983, à la veille d’élections générales que la Dame de fer et le parti conservateur remporteront triomphalement, la petite Hazel Watkins est enlevée à Morley où, en 1974, Clare Kemplay avait disparu (voir 1974 du même auteur). Même si les instances dirigeantes de la police refusent d’établir un lien entre les deux affaires, d’autres jeunes victimes disparues avant Clare refont inévitablement surface : Susan Ridyard et Jeanette Garland. On s’en souvient, c’est sur ces affaires qu’enquêtait le journaliste Edward Dunford. Dans ce dernier volume de sa tétralogie, David Peace va dévoiler la face cachée de ces années noires.

Le récit s’articule autour de trois personnages déjà rencontrés : John Pigott, avocat de Bob Fraser et désormais chargé de préparer le procès en appel de Michael Myshkin (condamné dans l’affaire des fillettes disparues) ; le superintendant Maurice Jobson, témoin et acteur privilégié des turpitudes policières, et BJ, informateur et éternelle victime. Pigott tente de reconstituer des événements qui le touchent de près, non seulement en tant qu’avocat et habitant de Leeds, mais aussi en tant que fils d’un policier qui s’est suicidé. En une longue succession de flash-back, Maurice Jobson évoque les années au cours desquelles, à partir de la disparition de Jeanette Garland, un groupe de flics s’est laissé entraîner dans la corruption et la violence qu’elle engendre inévitablement. Enfin, BJ qui doit se résoudre à accepter la protection des policiers véreux, se livre en désespoir de cause au révérend Martin Law, ange démoniaque qui semble tirer dans l’ombre toutes les ficelles.

Ainsi la boucle est-elle bouclée, même si rien n’est explicitement exposé, et ainsi arrive-t-on au terme de ce long périple dans les cercles de l’enfer. Malgré le désespoir et l’impuissance, malgré l’implacable réalité qui a broyé Eddie Dunford, Bob Fraser et Peter Hunter - les héros des trois précédents romans -, certains personnages de Peace sauvegardent un peu d’humanité : Jobson vit une histoire d’amour tragique avec Mandy Wymer, BJ fait son possible pour sauver Clare Strachan, John Pigott, sous son cynisme de façade, est épris de vérité et de justice. Les êtres humains sont ainsi parce que le monde dans lequel ils vivent est ainsi, telle est la leçon que tire David Peace au terme de ces quatre ouvrages. Comme le dit Maurice Jobson dans sa dernière prière : « Je ne fais pas le bien dont j’ai envie, mais le mal dont je n’ai pas envie est ce que je fais. »

« David Peace a rejoint un groupe restreint d’auteurs capables de métamorphoser le roman noir avec passion et style. » ( George P. Pelecanos)

« Tout simplement l’avenir du roman noir britannique. » ( Time Out)

 
Probleme de chargement

   
 
David Peace

David Peace est né en 1967 dans le Yorkshire, en plein pays minier. Sa jeunesse est marquée par les crimes de l’Eventreur du Yorkshire, qui constituent la trame et l’inspiration de sa tétralogie noire. Après la victoire de John Major en 1992, il quitte le Royaume-Uni et s’installe quelques années à Tokyo. 

   
   
  Nouveautés : Rivages/Thriller